Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dame alice

« Il paraît que son oreiller, ses vêtements et tous les objets enterrés avec elle étaient tombés en poussière… »

- (...) Un certain Kamahara a écrit un article intitulé « La beauté disparaît-elle ? », où il est question d’un mystère entourant la princesse Kazunomiya.

« Une plaque de verre, d’une taille légèrement supérieure à celle d’une carte de visite fut découverte entre les bras du squelette de la princesse Kazunomiya.. Il semble que c’est l’unique objet qu’on ait pu trouver à l’intérieur de la tombe. (…) L’expert, chargé d’examiner les teintures et les textiles pensa que cette plaque de verre devait être soit un miroir de poche, soit un  cliché humide. »

- La plaque de verre semblait transparente, mais lorsque de retour au musée l’expert l’eut examinée à la lumière, sous des angles différents, il y aperçut la silhouette d’un homme… C’était donc une photographie ! La silhouette était celle d’un jeune homme vêtu d’une robe de cérémonie à longues manches et coiffé de l’eboshi. La photographie était très pâle, naturellement…

- (….) La princesse Kazunomiya était morte en serrant dans ses bras la photo de son époux, qui l’avait précédée dans la mort. C’était également l’avis de l’expert et il comptait se présenter le jour suivant à l’Institut de recherches pour la protection des biens culturels et voir, s’il n’était pas possible, par un moyen ou par un autre, de rendre cette photographie plus nette. Mais, le lendemain, lorsqu’il l’examina à la lumière, il vit que l’image avait totalement disparu. En l’espace d’une nuit, la photographie n’était plus qu’une banale plaque de verre transparent.

- Comment cela ? demanda Fumiko, en considérant son fils.

- Parce que, après toutes ces longues années où elle avait été ensevelie sous la terre, on l’avait soudain exposée à l’air et à la lumière….

-« L’histoire vraie d’une existence éphémère ». C’est ainsi que l’expert a défini sa découverte.

(….)

- L’expert, dans son article, prétend que cette photo aurait dû être enterrée à jamais, afin que nul ne fût au courant de son existence. C’était sans nul doute le désir de la princesse que la forme humaine sur la plaque de verre disparût en l’espace d’une nuit.

Yasunari Kawabata, Tristesse et beauté

Tag(s) : #Lecture en images
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :