Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nevermore04

 

Les ombres se réveillent sur le plateau des Causses, la pleine lune et ses reflets d’argent, pâle visage. Je glisse dans tes pas, ne souhaitant plus jamais revoir les rayons hardis du soleil de l’été. A l’heure des songes et des réveils nocturnes, je me dis qu’il en est mieux ainsi. Je ne désire plus la lumière aveuglante. L’ombre de ton ombre, je veux être, dans le souffle étouffé de ta jupe sur le sol mordoré. Poursuis ton chemin, je te suivrai enivrée de ce silence .

 

Extrait de La maison des oubliés

Aurélia Frey

Tag(s) : #Textes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :